FLASH :   Le PNCS vous souhaite une bonne, sainte et heureuse année cohésive.      
     
NOTRE VISION
 

Notre vision est de faire de la cote d'ivoire un havre de paix, de solidarité, et de sécurité pour tous, à travers la cohésion sociale et la réconciliation nationale

DIRECTEUR GENERAL
 

Biographie

Mot du Directeur général

MEDIATHEQUE


la Ministre Mariatou Koné a été reçue avec ses pairs de l'espace sous régional ce vendredi 27 Avril par le Président de la République du Burkina_Faso

+ de photo

VIDEOTHEQUE

 

Société: La célébration de la journée internationale de la famille à Abobo

+ de video

CONTACT
 
BP : BP V 165 ABIDJAN
TEL : 22 47 83 73
FAX : 22 47 91 40
E-Mail : infos@pncs.ci

 

PARTENAIRE
 

Partenaires Bilatéraux

Partenaires Multilatéraux

Document sans titre
Actualité:
IMPLICATION DES LEADERS POLITIQUES DANS LE RENFORCEMENT DE LA COHESION SOCIALE EN COTE D’IVOIRE

 

L’atelier organisé par Search For Common Ground à l’attention des partis politiques de Côte d’Ivoire s’est déroulé le mardi 11 février 2014, au Novotel d’Abidjan-Plateau. Placé sous la présidence de Madame Anne-Désirée Ouloto, Ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, cet atelier a été rehaussé par la présence effective de l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire, SEM Terence McCulley accompagné de ses collaborateurs.
Le Programme National de Cohésion Sociale (PNCS) et d’autres partenaires tels que l’USAID et l’ONUCI ont pris part à cette rencontre. Les leaders politiques de partis politiques ont participé à cet atelier. Ce sont : le président du FPI, le secrétaire général du PDCI, le président du PIT, le président exécutif du LMP, le secrétaire général du MFA, des représentants du LIDER, du CAP-UDD
L’objectif de l’atelier était de permettre aux leaders et aux partis de politiques de réfléchir sur des actions concrètes à mener pour favoriser la cohésion sociale surtout à quelques mois des élections de 2015.
Au cours de cet atelier, deux communications ont été faites : la première par Monsieur Kanyatsi Quentin, Directeur pays de Search for Common Ground (SFCG) et la seconde par SEM Niyonsaba Ambroise, Représentant de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire.
Le premier intervenant, le Directeur-pays de SFCG a présenté aux participants l’approche « Common ground » pour la transformation des conflits. L’objectif de cet exposé était d’amener les participants à comprendre et s’approprier cette approche dans la résolution des conflits de manière pacifique et durable. Ce module s’articulait autour de trois axes principaux qui sont : la compréhension du conflit, la transformation et l’approche Common ground et la consolidation de la paix selon le modèle de J.P.Lederach. Pour lui, une analyse approfondie du conflit est très importante en vue d’identifier la meilleure approche de résolution.
Après le chapitre sur la compréhension du conflit, le Directeur pays de SFCG a présenté trois approches de résolution du conflit qui sont :
- L’approche Force c’est-à-dire l’usage du pouvoir pour résoudre le conflit
- L’approche Justice c’est-à-dire recourir à la justice pour résoudre le conflit
- L’approche Recherche d’Intérêts communs à travers le dialogue
Pour M. Kanyatsi, l’approche « recherche d’intérêts communs » est mieux indiquée pour la résolution de conflit, parce qu’elle permet de d’obtenir des solutions durables au conflit sans frustrations ou risques de vengeance. Cette approche est fondée sur le dialogue à travers la négociation et les principes de négociation sont fondés sur la séparation de l’homme du problème. Il s’agit « d’être dur sur le problème et non sur la personne », de se focaliser sur les intérêts et non sur les positions, de suggérer des idées d’intérêts communs, d’identifier la meilleure solution de changement et de développer des critères de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre de la solution. Pour y arriver les parties acceptent une transformation positive qui doit s’effectuer à différents niveaux notamment :
- niveau individuel : changement sur le plan émotionnel, perceptuel, spirituel, physique ;
- niveau relationnel : changement sur le plan relation interpersonnelle, communication ;
- niveau structurel : la loi est faite sans exclusion ou oppression ;
- niveau culturel : changement de certains mauvais comportements ou pratiques liés à la culture.
L’individu transformé ne se pose plus en adversaire mais en collaborateur. Il ne considère plus l’autre comme un ennemi à abattre à tout prix, mais plutôt un partenaire avec qui trouver la solution au problème commun. L’approche « Common ground » repose sur des principes de base ci-dessous :
- le conflit est normal
- le conflit peut être transformé
- le « Common ground » n’est pas un compromis
- la paix est un processus
- les êtres humains sont interdépendants
Le deuxième intervenant, M. Ambroise Niyonsaba, a partagé son expérience sur le thème « implication des leaders politiques dans le renforcement de la cohésion sociale au Burundi». Le conférencier a notamment mis l’accent sur la gestion de la crise consécutive à l’assassinat du président démocratiquement élu, Ndadaye, le 21 octobre 1993 par les militaires.
Selon SEM Niyonsaba, le président Buyoya de retour au pouvoir après le coup d’Etat du 25 juillet 1996, entreprend un processus pour réconcilier tous les burundais. Il recherchait un minimum de consensus intérieur avant les négociations d’Arusha. Le débat intérieur avait pour principales cibles l’armée, les milieux d’affaires, les étudiants et les cadres universitaires. La démarche engagée par Buyoya pour la réconciliation et la paix a débouché sur la signature des accords d’Arusha le 28 août 2000. Ces accords, par leurs caractères consensuels ont trouvé l’adhésion non seulement des parties prenantes au conflit, mais aussi de la population tenue informée. Aussi, ces accords ont conduit à l’intégration réussie de tous les ex-combattants de tout bord et les burundais ont convenu de l’adoption de garde-fous afin de lutter contre toutes les formes d’exclusion au sein des forces de défense et de sécurité. Le modèle burundais mis en œuvre par le président Buyoya peut être résumé en quatre points que sont :
- susciter chez les leaders la motivation personnel et la détermination à aller vers la paix ;
- chercher le consensus au sommet ;
- travailler pour l’adhésion de tous les leaders, chacun dans son camp ;
- déployer conjointement les différents leaders auprès des populations pour les informer et les sensibiliser sur le bien-fondé des solutions adoptées.
Après les deux exposés, les participants ont fait des contributions, notamment sur le rôle du détenteur du pouvoir. Pour eux, selon l’exemple du président Buyoya, c’est le pouvoir qui peut initier la réconciliation en tendant la main à l’opposition. En outre, les participants se sont interrogés sur les motivations du président Buyoya et sur les raisons qui poussent un acteur à privilégier la négociation plutôt que la confrontation. Selon les conférenciers, il peut y avoir plusieurs facteurs, mais le plus important, c’est la conviction personnelle du leader à vouloir promouvoir une vraie paix.
En conclusion, l’on peut retenir que les leaders politiques ont un rôle catalyseur dans la recherche de la paix et la cohésion sociale.

2014-10-27 14:01:42

  
  

Autres

Séance de travail PNCS-Save the Children

REMISE DU PRIX HOUPHOUET-BOIGNY AU PRESIDENT FRANCOIS HOLLANDE: LE PNCS A PRIS PART A LA CEREMONIE, AU SIEGE DE L’UNESCO

Mariatou Koné : "L'Ivoirien doit penser Côte d'Ivoire avant tout"

RENFORCEMENT DE LA COHESION SOCIALE : Les USA veulent accompagner le PNCS

Paix et Cohésion sociale en Côte d’Ivoire : L’Unesco accompagne le PNCS

LA PENSEE DU JOUR
 

Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs.

De Montaigne



LIENS UTILES
 

Web mail

Présidence

Primature

Gouvernement

Assemblée nationale

Onuci

Bad

ilove-ci.com

 
 

 

Accueil Seminaires et ateliers
Programme Contact
Actualités  
Projets